ReMuA - info@remua.be

Chaussée de Boondael, 6/16

1050 Ixelles

02/537 74 38

 0484/62 08 23

Philosophie générale

El Sistema Belgium

L’égalité des chances par la musique

 

 

Depuis plusieurs années, le projet El Sistema Belgium, mené par l’asbl ReMuA, donne la possibilité à des milliers d’enfants d’apprendre la musique dans leur école et dans leur quartier. L’apprentissage collectif du chant et/ou d’un instrument rythme alors la vie de ces enfants pour lesquels le chœur et l’orchestre se font le reflet d’une société où règnent l’écoute, le respect, et l’esprit de coopération. Le projet El Sistema Belgium permet d’enrichir le parcours éducatif des enfants, il contribue à leur insertion sociale et leur fournit une formation artistique de qualité.

Les villes de Bruxelles et de Liège fourmillent d’apprentis musiciens encadrés par ReMuA et impliqués dans les différents orchestres d’El Sistema Belgium. 

El Sistema Belgium, qu'est-ce que c'est ?

En proposant aux enfants qui habitent des quartiers défavorisés une pratique musicale intensive, à la fois en temps scolaire et parascolaire, nous conjuguons un objectif éducatif (mieux réussir à l’école), un objectif social (mieux s’intégrer dans la société) et un objectif de formation artistique (pouvoir chanter et jouer d’un instrument).

 

Le principe : chaque enfant suit jusqu’à cinq heures de pratique musicale collective hebdomadaire, réparties sur deux jours par semaine, dans des groupes de 8 enfants maximum, à l’école, au centre culturel ou dans leur maison de quartier. Un instrument est prêté aux enfants durant toute la durée du projet.

 

Chaque enfant chante à raison d’une heure par semaine au minimum. L’apprentissage se fait directement par la pratique : « apprendre de la musique en faisant de la musique ».

Le projet est prévu pour que chaque enfant en bénéficie durant trois ans minimum (les cadres scolaire et parascolaire) avec une possibilité pour ceux qui désirent aller au-delà de continuer dans des groupes avancés (indépendamment de l’encadrement scolaire).

Un relais vers les académies est aussi proposé en fin de parcours.

 

Les enfants sont regroupés par quartiers pour former des orchestres. Il en existe quatre à Bruxelles et un à Liège. Les orchestres se retrouvent au minimum une fois par mois pour travailler le répertoire du concert de fin d’année.

 

Le projet est entièrement gratuit et est soutenu par des subventions fédérales, communautaires, régionales et communales, ainsi que par des fondations privées.

 

L’ APPROCHE

Année 1 : Divertimento

Où l’on s’éveille à la musique

 

Le projet démarre par une année de chant, à raison d’une ou deux heures par semaine, données en temps scolaire avec la présence et la participation de l’enseignant. L’ objectif est de donner les bases musicales à tous les enfants : travail sur la justesse, le rythme, le

timbre, l’écoute, la mémorisation et sur la forme musicale. Le travail se fait en partenariat serré avec l’enseignant qui utilise ensuite les chansons apprises en classe pour améliorer les compétences langagières des enfants : les élèves découvrent de nouveaux mots,

découvrent les rimes, les syllabes, inventent de nouvelles paroles… Le répertoire consiste en des chansons composées spécialement à destination des écoles, chansons qui prennent en considération les apprentissages et les thèmes vus au programme. La finalité

prend la forme d’un concert à l’école et/ou d’un enregistrement de CD.

Année 2 : Mezzo Forte

Où l’on choisit son instrument

Alors que le projet en temps scolaire se poursuit, 4,5 heures d’apprentissage instrumental réparties sur 2 jours s’ajoutent pour 24 enfants volontaires qui sont prêts à s’engager pour deux ans. Deux instruments sont proposés par école. Chaque groupe travaille séparément

de 15h30 à 17h. Le mercredi, les deux groupes se rassemblent de 13h à 16h. C’est également le jour où, une fois par mois, tous les jeunes musiciens d’un même quartier se retrouvent pour former un grand orchestre. Le répertoire consiste en des arrangements

de morceaux de musique classique. La finalité de cette « année 2 » consiste à donner un concert dans le centre culturel partenaire, concert qui rassemble les choeurs et les orchestres.

Année 3 : Crescendo

Où la pratique instrumentale est renforcée

La partie « temps scolaire » du projet consiste cette année en des ateliers « ouvre tes oreilles », projet ponctuel qui emmènera les enfants en dehors des murs de l’école pour entendre un concert. En parallèle, les ateliers en parascolaire sont renforcés : deux heures

de chorale sont proposées aux enfants qui désirent continuer leur pratique vocale. La finalité consiste à donner un concert avec un des orchestres partenaires dans un haut lieu culturel.

Année 4 : Accelerando

Où l’orchestre sort du cadre scolaire

Alors qu’un nouveau cycle redémarre au sein de l’école (année 1), les enfants les plus avancés sont invités à se joindre aux orchestres de région. En 2016, nous avons rassemblé ainsi 15 jeunes qui ont tous un excellent niveau. Un tiers des adolescents s’est depuis

inscrit en académie de musique.

Année 5 : Point d’orgue

Apothéose

2017-2018 verra une « année 5 » pour la première fois. Les orchestres de région continuent avec les plus motivés, le travail en école se poursuit suivant le même schéma.

 

El Sistema - Venezuela

 

Au Venezuela, il y a 30 ans, José Abreu, musicien et compositeur, démarrait son premier Orchestre de Quartier avec des enfants de la rue, dont la plupart étaient enrôlés par des gangs, sans scolarité ni espoir pour le futur. Le contrat passé avec les enfants était simple :

« Je te donne un violon, tu viens faire de la musique tous les après-midis et le matin, tu vas à l’école » (au Venezuela, la scolarité se fait le matin). 30 ans plus tard, 350.000 enfants à travers le pays font de la musique, participent à des concerts. Les premiers sont devenus des enseignants, ou font partie des orchestres mondiaux les plus prestigieux. « Je voulais transformer l’ art musical en instrument social pour les enfants et leurs familles » a dit José Abreu.

Enjeu majeur de la renaissance économique du Venezuela, ce projet démontre combien l’ art peut inspirer les enfants, leur donner une vision, un projet, des ambitions mais aussi leur apprendre l’écoute, le partage, la rigueur et la persévérance.

 

« Dans leur essence, les orchestres et les choeurs sont bien plus que des structures artistiques : ce sont des exemples et des écoles de vie sociale, parce que chanter et jouer ensemble signifient coexister intimement en tendant à la perfection et à l’excellence, en suivant une discipline stricte d’organisation et de coordination, en cherchant une interdépendance harmonique de voix et d’instruments. C’est ainsi que les jeunes construisent un esprit de solidarité et de fraternité (…) ».

Jose Abreu, fondateur d’El Sistema.